L’administration 2.0 suppose créativité, agilité, opportunisme et permet parallèlement une malléabilité, une itérativité, une évolutivité faisant du futur espace digital à la fois un territoire de production de services mais également un terrain d’expérimentation permanente… Tout est profondément nouveau et à inventer. Il ne s’agit ni de construire un bâtiment, ni de tracer une route, ni d’aménager un quartier. Le digital présente une complexité et une mobilité plus difficile à appréhender que celle d’un objet matériel”

Note Administration 2.0, Think Tank Fondapol : http://www.journaldunet.com/solutions/expert/49753/l-administration-2-0—nouveau-defi-pour-le-secteur-public.shtml